Achtung: diese Seite wurde seit mehr als 6 Monaten nicht mehr aktualisiert. Die Informationen sind nicht mehr aktuell.

À l'occasion de la Saint Valentin nous nous sommes demandés : quelle est la particularité d'une relation amoureuse franco-allemande ?

C’est sur ce joli sujet que nous avons interviewé la Jeune Ambassadrice OFAJ Carmen et son copain Matthieu qui nous racontent ce qu'ils ont remarqué en passant du temps ensemble.  Carmen a 24 ans et vient de Cologne, Matthieu a 25 ans et vient de Lille. Ils sont en couple depuis plusieurs années.


Où et comment avez-vous rencontré votre partenaire?
Carmen: Lors de mon Service Civique que j’ai effectué à l’Icam, une école d’ingénieur à Lille, où Matthieu a fait ses études.

Est-ce qu'il y a des différences culturelles qui ont fait surface dans votre couple ? Quels sont les aspects particuliers d'une relation franco-allemande à votre avis ?

Carmen : Je dirais que je suis déjà bien « francisée » après mes nombreux séjours en France, néanmoins je trouve que nos quelques différences culturelles ressortent plus quand il s’agit du domaine culinaire. Au début, il me fallait un peu de temps pour m’habituer à la pratique de l’apéro en France, étant moi-même victime de la faute typique des débutants : trop manger lors de l’apéro (il faut également prendre en compte les 4 plats qui arriveront par la suite…). Sinon, à ma grande surprise, je me suis transformée en amatrice de vin et de fromages français - cela constitue donc une des nombreuses choses que l’on a en commun. Lorsque Matthieu me rend visite en Allemagne, il m’arrive parfois de me faire passer pour une touriste française afin d’observer secrètement mes compatriotes allemands, ce qui m’apprend également des choses sur ma propre culture. De toute manière, je cherche toujours à combiner le meilleur des deux cultures, ce qui réduit également nos différences culturelles.

Je trouve qu’une relation franco-allemande représente surtout un enrichissement pour chacun, car elle permet de découvrir la culture, le pays et souvent aussi la langue de l’autre. Dans la nôtre comme dans beaucoup d’autres cas, une relation franco-allemande est aussi synonyme de voyage pour se voir, ce qui nous a déjà permis de découvrir de nombreuses villes françaises et allemandes.


Matthieu : Je n’avais jamais eu de contact avec la culture allemande avant de connaitre Carmen, ni visité ce pays. J’ai eu de nombreuses surprises lors de mes premières visites en Allemagne, certaines confirmant des clichés bien ancrés dans les esprits français, tel que la discipline des gens en général, notamment lorsqu’il s’agit de traverser la route uniquement lorsque le feu est vert. Il m’arrive de commettre quelques maladresses lorsque je rends visite à la famille de Carmen, ne serait-ce que pour saluer les personnes, où la spontanée “bise” pour dire bonjour est à proscrire.

Toutes sortes de situations ou de choix à effectuer ensemble sont l’occasion de confronter des points de vue, d’expliquer à l’autre sa perception et sa logique, chacun essayant de convaincre l’autre que sa culture a “plus” raison de faire comme-ci ou comme-ca. Même après quelques temps, il arrive toujours quelque chose de nouveau qui vient challenger les consensus déjà acquis au prix de nombreuses discussions, et cela est particulièrement enrichissant.

Une relation franco-allemande amène à beaucoup dépasser ses préjugés, et à en faire tomber quelques uns dans son entourage, pour qui de nombreux clichés viennent à l’esprit lorsque je leur dis que ma copine est allemande. En conclusion : “cela donne du fil à retordre” chaque jour, mais c’est ce qui en fait tout l’intérêt !